Notre catalogue

N°6 Décembre 2010

N°6 Décembre 2010 Agrandir

Expérience, apprentissages et formation

(Numéro double publié en partenariat avec l’Institut Jacotot)

ISBN 978 2917645 13 0

Plus de détails

23,00 €

Quel sujet pour quelle expérience ?

Yves Schwartz Professeur de philosophie, Université de Provence

Résumé : Dans le cadre d’un dialogue ici initié avec le courant de la didactique professionnelle, ce texte se propose de resituer une dynamique intellectuelle qui va du concept d’expérience au concept d’activité. Ce dernier concept paraît pouvoir préciser ce qui se joue comme drame dans l’expérience humaine (« débats de normes »), et montrer comment l’expérience comme sédimentation instable d’activités est matrice permanente d’histoire.
Quel peut-être alors le statut des savoirs générés par un être ainsi défini comme être d’activité ? De vrais problèmes épistémologiques se posent dans les rapports entre les diverses formes de savoirs et les diverses formes de mise en langage, comme aussi le statut des différents savoirs dans leur rapport à l’historicité. Problème non seulement épistémologique mais aussi politique car on peut lire une cartographie des « usurpations » de statut propre aux rapports savoirs/pouvoirs et aux dérives de la gouvernance du travail humain.
On termine sur une reformulation de la problématique du  « sujet », qui puisse être cohérente avec les patrimoines ici revendiqués dans la construction du concept ergologique d’activité.
Mots-clés : expérience, activité, débats de normes, langage et savoirs, épistémicités, sujet, corps-soi, pouvoir d’agir.

 

L’activité humaine, à la fois intellectuelle et vitale. Les éclairages complémentaires de Pierre Pastré et d’Yves Schwartz

Louis Durrive Professeur associé, faculté des sciences de l’éducation de Strasbourg Laboratoire LISEC.

Résumé : Toute situation de travail se prête à une double approche. C’est le lieu où se réalise une tâche, pensée à l’avance et provocatrice d’une intense activité intellectuelle chez l’opérateur. Mais c’est également un moment unique de vie, avec ses arbitrages. Dans ce cas, la tâche n’est plus regardée comme première, elle entre dans le « débat de normes » qui caractérise l’activité de l’opérateur sous l’angle vital, celui des choix qu’un être humain ne cesse d’effectuer. Selon nous, ces deux perspectives correspondent à celle de Pierre Pastré pour la première et à celle d’Yves Schwartz pour la seconde. Elles se complètent et enrichissent l’analyse : leur croisement donne, notamment, un relief inédit aux compétences.
Mots-clés: expérience du travail, entretien, compétence, savoir faire, milieu de travail, formation alternée.

 

Quel sujet pour quelle expérience : un point de vue de didactique professionnelle

Pierre Pastré, Professeur émérite CNAM

Résumé : Trois des concepts qui constituent le fil rouge de la didactique professionnelle, l’activité et son analyse, la conceptualisation dans l’action, le développement des adultes, conduisent tout naturellement à la thématique de l’expérience. L’expérience est caractérisée par le fait d’avoir deux faces : d’une part, elle est ce que nous avons vécu et correspond aux traces que ce vécu a laissées en nous. D’autre part, l’expérience est ce que nous avons assumé de ce vécu, ce que nous considérons comme nôtre. On peut s’appuyer sur la distinction de Ricoeur, entre mêmeté et ipséité, pour distinguer une expérience idem, qui est de l’ordre du fait ; et une expérience ipse, qui porte non plus sur le ‘quoi’ de l’expérience, mais sur le ‘qui’ : qui suis-je, moi qui ai fait telle ou telle expérience ? Ainsi une méditation sur l’expérience nous ramène en permanence à la question du sujet : non pas un sujet épistémique, mais un sujet caractérisé par son pouvoir d’agir, capable, en certaines circonstances, de genèses identitaires.
Mots-clés : expérience, didactique professionnelle, conceptualisation, développement des adultes, analyse de l’activité, pouvoir d’agir.

 

Une éthologie phénoménologique de l’activité et de l’expérience des volleyeurs en situation

Hélène Fache, Michel Récopé, Marie-Joseph Biache Université Blaise Pascal, Laboratoire PAEDI (EA 4281)

Résumé : L’étude vise une compréhension de l’expérience des volleyeurs à partir de l’analyse de leurs actes lors de matchs, au sein d’un contexte réglementé qui résulte d’une construction culturelle. Notre perspective est une tentative d’éthologie phénoménologique s’efforçant de relier les aspects phénoménaux pour le chercheur, observateur des actes, et les phénomènes pour l’acteur. L’étude porte sur trois populations contrastées de joueurs initialement caractérisés selon le critère de leur mobilisation en situation (des joueurs régulièrement peu, fortement et moyennement mobilisés). Cette caractérisation, de nature extrinsèque et comportementale, est insuffisante parce qu’elle ne s’intéresse pas à l’activité ni à l’expérience des pratiquants. L’étude vise donc à appréhender le rapport que ces trois types de joueurs entretiennent avec le jeu et les situations du jeu, ce qui nous paraît constituer le préalable de toute entreprise de formation. L’analyse met en relation les comportements typiques manifestés lors de moments discriminants avec les ressentis et les significations correspondants, exprimés lors d’un entretien. Les convergences entre ces matériaux aboutissent à l’identification de trois modes/mondes de pratique du volley-ball et à la spécification, pour chacun d’eux, d’une norme prévalente. Celle-ci détermine une sensibilité qui structure l’activité et l’expérience. On aboutit ainsi à une caractérisation plus féconde des trois populations, par la mise en évidence du sens qui structure le mode de pratique et qui, de manière indissociable, confère la signification des objets propres formant le monde de la pratique.
Mots-clés : activité, expérience, norme, monde, éthologie phénoménologique, sensibilité, volley-ball.

 

Développement de l’expérience en chirurgie orthopédique percutanée

Lucile Vadcard MCF Sciences de l’éducation Université Grenoble 2, Jérôme Tonetti Professeur des Universités et Praticien Hospitalier, Chef de service adjoint du service d’orthopédie et traumatologie de l’Hôpital Michallon, Grenoble, France, Michel Dubois Professeur en psychologie du travail et des organisations Université Grenoble 2

Résumé : L’évolution des techniques chirurgicales vers des interventions percutanées pose la question de la suffisance du compagnonnage comme mode de formation pour la chirurgie. Nous présentons dans cet article une étude effectuée sur la formation des internes en chirurgie orthopédique. Nous y questionnons le rôle du bloc opératoire dans le développement de l’expérience. La démarche adoptée montre les apports d’une modélisation cognitive des situations de travail pour l’analyse de l’activité, et s’appuie sur des observations de terrain couplées à des entretiens de verbalisations. Nous montrons dans une dernière partie la conception d’outils informatiques de formation de type simulateurs qui permettent de compléter la formation traditionnelle et d’offrir un terrain possible de constitution de l’expérience aux internes.
Mots-clés : didactique, chirurgie, simulation.


Analyse de l’expérience des étudiants et des enseignants lors d’une épreuve professionnelle de Master et rétro-ingénierie de formation

Alain Jean IUFM université Montpellier 2 ; Richard Étienne Professeur Université Montpellier 3

Résumé : Dans le cadre d’une épreuve du Master Conseil et Formation en Éducation de l’université Montpellier 3 conduit en partenariat avec l’IUFM-Montpellier 2, il a été décidé de remplacer les traditionnelles démarches d’évaluation de l’évaluation par une recherche sous forme d’autoconfrontations simples puis croisées et enfin « doublement croisée ». La rétro-ingénierie mise en œuvre a pour caractéristique essentielle de reposer sur l’analyse d’événements observés en formation afin de traiter l’inattendu et l’imprévu (Jean, 2009a). Cette forme d’analyse repose sur une volonté de penser la formation à partir d’incidents critiques significatifs pour lesquels des formateurs développent des « gestes professionnels » d’ajustement aux situations inédites qu’ils ont à assumer. Nous présentons ici un exemple de cette recherche technologique au travers d’une situation dans laquelle signes, indicateurs et conceptualisations se mêlent dans un chassé croisé complexe.
Mots-clés : épreuve, imprévus, Master, conceptualisation, indicateurs, ajustement

 

L’intelligibilité vulnérable et ouverte des activités éducatives : recherche dans un centre de jour genevois pour adolescents

Friedrich J. FPSE, Université de Genève, Genève) ; Mezzena S. HES-SO, Haute Ecole de Travail Social, Genève) ; Seferdjeli L. HES-SO, Haute Ecole de Santé, Genève) ; Stroumza K. HES-SO, Haute Ecole de Travail Social, Genève)

Résumé : Cet article présente une recherche-intervention auprès d’éducateurs spécialisés dans un centre de jour genevois pour adolescents souffrant de troubles psychiques et de troubles du comportement. Notre recherche avait pour objectif de décrire les activités de ces éducateurs. Nous avons ainsi pu mettre en évidence l’importance dans ces activités des processus de construction et d’interprétation non herméneutiques mais sensibles des situations, et des modes d’ajustement comme noyau de la professionnalité des éducateurs. L’interprétation non herméneutique rend l’intelligibilité des activités fuyante, vulnérable mais également ouverte, ce qui a des conséquences importantes d’un point de vue éducatif.
Mots-clés : activité, expérience, intelligibilité, éducation, modèle

 

Construire l’expérience en ressource pour l’action : une intervention didactique auprès de conseillers agricoles face au changement de paradigme en agriculture

Marianne Cerf, directrice de recherche INRA, UMR 1048, Unité SenS, Marie-Noëlle Guillot, doctorante, INRA SenS, LISIT, université de Bourgogne ; Paul Olry, professeur, Agrosup Dijon

Résumé : Accompagner des agriculteurs vers une agriculture basée sur l’utilisation des régulations internes à l’agro-système est une nouvelle mission des conseillers bouscule leur pratique antécédente, mais aussi leur identité et leurs connaissances. Une intervention didactique a été engagée, pour mettre l’expérience des conseillers en travail, et les aider à faire face à ce qu’ils perçoivent comme des perturbations pour leur activité en tenant un double objectif : organiser l’intervention didactique pour qu’elle crée un mouvement « en miroir » de situations de conseil agricole tout en donnant les moyens aux conseillers de construire les bases d’une pratique recomposée. Les résultats portent sur le dispositif d’expression de l’expérience qui constitue une étape de cette intervention didactique. Nous montrons que ce dispositif produit un déplacement de la préoccupation des participants du comment faire au comment être conseiller en production intégrée. Nous mettons en évidence comment ce déplacement s’accompagne de nouvelles théorisations autour de l’activité de conseil. Nous soulignons, enfin, l’importance d’un étayage par l’institution de cette profonde mutation de leur métier.
Mots-clés : conseil, intervention didactique, expérience, conseiller agricole, production intégrée

 

Reprise et développement de l'expérience : de l'activité syndicale à la production d'un référentiel d'activité

Jean-Luc Tomás ; Bernard Prot Centre de Recherche sur le Travail et le Développement CNAM Paris

Résumé : La demande sociale de référentiels pose des problèmes de conception doublée de problèmes d’utilisation. Confrontés à ces questions, nous avons tenté de proposer une voie qui prend pour origine l’analyse de l’activité. À partir d’une recherche fondamentale de terrain réalisée en convention avec un syndicat français représentatif des cadres, nous interrogeons principalement dans cet article la place de l’expérience professionnelle. Par la co-construction de différents contextes d’analyse, les cadres-militants ont pu reprendre à nouveaux frais leur expérience pour qu’elle devienne alternativement objet de controverses entre eux et moyen de développement de nouvelles expériences. De notre côté, nous avons été contraints de transformer et de renouveler à la fois nos méthodes d’analyse et le cadre conceptuel pour distinguer ce à quoi se mesure l’activité des militants dans l’exercice quotidien de leur travail, et ce à quoi ils se référent pour affronter les obstacles. Le résultat de ce long travail de co-construction et de co-analyse est un référentiel d’activité qui différencie deux niveaux : les dilemmes et les acquis de l’expérience.
Mots clés : Expérience, Analyse de l’activité, Développement, Référentiel, Dilemme

 

De l’expérience à l’acte : la formalisation de savoirs inédits en clinique des pratiques

Evelyne Simondi Docteur en sciences de l’éducation

Résumé : L’article se propose de contribuer à répondre aux questions suivantes : « quels liens entre le passé d’une expérience et le devenir d’une personne ? » ; « quels peuvent être les actes de validation des savoirs issus de cette expérience ? » et in fine « quel type de travail permettrait l’émergence de ces savoirs « inédits» ?». Nous préconisons la clinique des pratiques professionnelles comme espace-temps d’une mise en questionnement de l’expérience et d’une formalisation possible des savoirs qui en sont issus. A partir du discours de quatre étudiantes de service social, trois processus temporels de médiation seront repérés « entre continuité et rupture »  dans un atelier de clinique des pratiques : processus de différentiation comme temps de la verbalisation ; processus de dialectisation  comme temps de la problématisation ; processus de symbolisation comme temps de la distanciation.
Mots-clés : Savoirs inédits, cliniques des pratiques, processus temporels, médiation symbolique.

 

Mobilisation et construction de l’expérience dans un modèle de la compétence

Jean-Claude Coule Chercheur associé, Centre de Recherche en Psychologie, Cognition et Communication, Rennes

Résumé : Les modèles classiques de la compétence restent très discrets quant aux processus impliqués lors de sa mobilisation et de sa construction par un sujet, c’est-à-dire, lorsqu’à partir de son expérience, dans une situation déterminée, celui-ci fait face à une tâche donnée et produit une performance, tout en réorganisant cette expérience grâce à l’activité déployée. Une telle question est pourtant cruciale si l’on veut rompre avec un certain empirisme des pratiques de description, d’évaluation ou de développement des compétences. Nous proposons, ici, une synthèse de plusieurs concepts et cadres théoriques, permettant de s’engager sur cette voie, sous la forme d’un modèle de la compétence, articulant « activité productive » et « activité constructive » (Samurçay & Rabardel, 2004) en termes de « schème » (Vergnaud, 1990 ; Vergnaud & Récopé, 2000) et de « régulations » de l’activité (Piaget, 1975 ; Leplat, 2004).
Mots-clés : Compétence, modèle, schème, régulation.

 

L’entreprise comme espace de développement des compétences : mise en place d’un dispositif de validation collective des acquis dans un centre de tri postal.

Sandrine Cortessis Senior Researcher Institut fédéral des hautes études pour la formation professionnelle Lausanne

Résumé : Ce texte décrit comment une procédure de validation collective des acquis a été mise en place, en Suisse, dans un centre de tri postal, en vue de l’obtention d’un titre de gestionnaire en logistique. Ce dispositif innovant de validation collective a pu être développé dans le contexte particulier d’un projet de recherche-intervention réunissant certaines conditions : un public partageant des connaissances et des compétences communes développées dans une même fonction. Il a permis ainsi à plus d’un millier d’employés de tri d’obtenir la reconnaissance de leurs compétences, de même qu’un titre reconnu grâce à une démarche intégrant les professionnels dans une analyse à la fois collective et individuelle de leur travail.
Mots-clés : Validation collective des acquis d’expérience, recherche-intervention, analyse du travail, explicitation des compétences

 

Reconnaissance, validation et certification des compétences des adultes peu scolarisés au Portugal : Défis du processus, émergence et changement d’activités professionnelles

Cármen Cavaco Université de Lisbonne

Résumé : L’article a l´objectif de faire une analyse du processus de reconnaissance, validation et certification des compétences, d´identifier les éléments de complexité de ce processus. Cette analyse permet aussi de comprendre les effets de ce type de pratiques au niveau de l´émergence d´une nouvelle activité professionnelle, dans le domaine de la formation des adultes, ainsi que le changement de l´activité du formateur des adultes. L´article a été élaboré sur la base d’un ensemble d’éléments empiriques, essentiellement recueillis dans le cadre d’entretiens semi-directifs menés auprès des équipes des trois Centres de Reconnaissance, Validation et Certification de Compétences étudiés, au Portugal, et avec des adultes certifiés par les 3 Centres. On clarifie la nature des éléments inhérents au processus de RVC – les compétences, l’expérience de vie et l’évaluation et on fait une systématisation et une réflexion sur les fonctions et compétences du professionnel de RVC et du formateur qui participe au processus de RVC.
Mots-clés : reconnaissance, validation, certification, compétences, complexité, formateur des adultes

 

Méthodes, modèles et paradoxes pour la mesure des acquis expérientiels

Edmée Ollagnier, Université de Genève

Résumé : La validation des acquis permet aujourd’hui à de nombreuses personnes d’accéder à des certifications officielles, allant des certificats de formation professionnelle de base aux diplômes universitaires. Mais si cette forme d’accès aux certifications est à saluer, elle pause néanmoins de nombreux problèmes, dont celui de la mesure des acquis. Trois approches méthodologiques de pratiques d’accompagnement à la validation, correspondant chacune à des modèles théoriques clairement identifiables, seront examinés. Mais c’est la qualité des combinaisons entre ces approches qui peut être faite par les professionnels de la validation, qui semble garantir la justesse de l’évaluation.
Mots-clés : validation des acquis, analyse du travail, approche biographique, référentiel

 

Activité collective et formes typiques d’interactions sociales. Etude de cas en enseignement à caractère professionnel

Jérôme Guérin IUFM de Bretagne ; Jacky Péoc’h IUFM de Bretagne-UBO ; André Zeitler IUFM de Bretagne –UBO ; Marie-Françoise Guillaume Lycée Jean Moulin

Résumé : Cet article propose une approche compréhensive des interactions sociales qui se tissent lors de situations collectives de conception et de confection d’un ensemble de vêtements. Après une présentation des enjeux scientifiques et pragmatiques de la recherche, nous exposons les concepts essentiels du cadre théorique du cours d’action (Theureau, 2004, 2006) sur lequel s’appuie l’étude empirique. A partir d’une interprétation et d’une discussion d’épisodes typiques de l’articulation collective des activités individuelles, nous rendons compte des liens qui émergent entre les modalités d’étayage mobilisées par l’enseignante et les processus d’autonomisation et d’entrée dans une communauté de pratiques que vivent les élèves.
Mots-clés : Activité collective, apprentissage, communauté de pratique, interaction sociale

Yves Schwartz
Quel sujet pour quelle expérience ? 

 

Durrive Louis
L’activité humaine, à la fois intellectuelle et vitale
Les éclairages complémentaires de Pierre Pastré et d’Yves Schwartz

 

Pierre Pastré
Quel sujet pour quelle expérience : un point de vue de didactique professionnelle ?

 

Hélène Fache, Michel Récopé, Marie-Joseph Biache
Une éthologie phénoménologique de l’activité et de l’expérience des volleyeurs en situation


Lucile Vadcard, Michel Dubois, Jérôme Tonetti
Transmission de l’expérience en chirurgie orthopédique percutanée

 

Alain Jean, Richard Étienne
Analyse de l’expérience des étudiants et des enseignants lors d’une épreuve professionnelle de Master et rétro-ingénierie de formation

 

Janette Friedrich, Sylvie Mezzena, Laurence Seferdjeli, Kim Stroumza
L’intelligibilité vulnérable et ouverte des activités éducatives : recherche dans un centre de jour genevois pour adolescents

 

Marianne Cerf, Marie-Noëlle Guillot, Paul Olry
Construire l’expérience en ressource pour l’action : une intervention didactique auprès de conseillers agricoles face au changement de paradigme en agriculture

 

Jean-Luc Tomás, Bernard Prot
Développement de l'expérience et développement des concepts : de l'activité syndicale à la production d'un référentiel d'activité

Evelyne Simondi
De l’expérience à l’acte : la formalisation de savoirs inédits en clinique des pratiques

Jean-Claude Coulet
Mobilisation et construction de l’expérience dans un modèle de la compétence


Sandrine Cortesis
L’entreprise comme espace de développement des compétences : mise en place d’un dispositif de validation collective des acquis dans un centre de tri postal. 


Carmen Cavaco
Reconnaissance, validation et certification des compétences des adultes peu scolarisés au Portugal


Edmée Ollagnier
Méthodes, modèles et paradoxes pour la mesure des acquis expérientiels

Jérôme Guérin , Jacky Péoc’h , Marie-Françoise Guillaume , André Zeitler
Activité collective et formes typiques d’interactions sociales
Etude de cas en enseignement à caractère professionnel


Abstracts

En décembre 2009 se tenait à Dijon, un colloque sur « l’Expérience » organisé par l’Association de Recherches et Pratiques en Didactique professionnelle, en lien avec l’Institut Jacotot.
Ce numéro prolonge le travail en présentant quinze articles sous la plume de chercheuses et chercheurs français et étrangers ayant participé pour la plupart au colloque.

Dans un premier temps trois textes, sous la plume d’Y. Schwartz, P. Pastré et L. Durrive, en poursuivant un dialogue entre « ergologie » et « didactique professionnelle » confrontent le concept d’expérience à ceux d’activité, de savoir(s) et de sujet.

Suivent huit articles prenant appui sur des travaux empiriques et interrogeant théories et méthodologies qui visent à faire comprendre les processus à l’œuvre dans toute « expérience » à travers laquelle se construisent des compétences. Ils abordent des domaines aussi différents qu’une activité sportive, le volley-ball (H. Fache, M. Récopé et M-J Biache) ;  la chirurgie orthopédique (L. Vadcard, M. Dubois et J. Tonetti) ; la formation d’enseignants (A. Jean et R. Étienne) ; l’éducation spécialisée (J. Friedrich, S. Mezzena, L. Seferdjeli et K. Stroumza) ; le conseil en agriculture (M. Cerf, M-N. Guillot et P. Olry) ; l’activité syndicale (J-L. Tomás et B. Prot) ; le travail social (E. Simondi) ; le travail industriel (J-C. Coulet).

Un tel numéro, même si son ambition n’est pas d’être exhaustif sur les problématiques liées au concept « d’expérience », ne peut faire l’impasse sur certaines questions soulevées par la « Reconnaissance et validation des acquis de l’expérience » : comment l’expérience génère, à travers ce processus institutionnalisé, savoirs et compétences ? Comment la « mise en récit » de l’expérience participe de la construction de soi ? Trois textes, sous la plume de S. Cortessis ; C. Carvaco ; E. Ollagnier, abordent ces questions.

Un dernier texte enfin, de J. Guérin ; J. Péoc’h ; M-F. Guillaume et A. Zeitler relate un travail réalisé avec des jeunes en formation à la conception/confection de vêtements.